Les internautes étant de plus en plus avertis du phénomène de phishing, les cyberfraudeurs ont développé une nouvelle technique : le vishing, aussi appelé hameçonnage vocal.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Le vishing utilise la technologie VoIP (voix sur IP) dans le but d’amener quelqu’un à divulguer des informations personnelles et / ou financières. Les fraudeurs emploient deux méthodes différentes.

Première méthode

Les victimes potentielles sont appelées au hasard par un automate téléphonique dans une région géographique déterminée. Lorsque vous décrochez, un message préenregistré supposé provenir de votre banque vous prévient que des opérations inhabituelles ont été réalisées sur votre compte bancaire. Vous êtes ensuite invités à appeler un numéro de téléphone, souvent surtaxé, pour vérifier la situation de votre compte. Ce numéro correspond à une boîte vocale, qui vous demande alors de fournir vos identifiants bancaires, ou les seize chiffres et la date de validité de votre carte bancaire. Les pirates disposent alors des informations suffisantes pour effectuer des achats frauduleux sur Internet.

Seconde méthode

Une personne vous appelle en se faisant passer pour quelqu’un du département de sécurité Visa, MasterCard ou votre établissement bancaire. Elle vous signale que votre carte bancaire a été utilisée pour un achat douteux et vous demande si vous êtes à l’origine de l’opération. Face à votre réponse négative, cette personne attribue un numéro de fraude, donnant ainsi à l’appel un aspect réaliste. Elle vous demande ensuite de lui communiquer les coordonnées de votre carte bancaire pour vérifier qu’elle est toujours en votre possession. Une fois ces informations transmises, la personne vous invite à la rappeler si vous avez d’autres questions et raccroche.

Comment s’en protéger ?

Les fraudeurs utilisent la vulnérabilité psychologique du consommateur en créant un stress et un faux sentiment d’urgence lié à la possibilité d’avoir été fraudé. Si vous recevez un message vous demandant de rappeler un numéro, ne le composez pas. Cherchez le numéro qui vous a été donné par l’émetteur de votre carte bancaire et utilisez-le.

Gardez aussi à l’esprit qu’aucune banque ne vous demande par email, fax ou téléphone ce genre de renseignements. En cas de doute, contactez votre banque dans les plus brefs délais. Si vous avez réussi à déjouer une tentative de fraude de ce type, il convient aussi de prévenir votre établissement bancaire.